Les métiers de la photographie.

Les pratiques de la photographie sont en fait très diversifiés, de l'amateur au photographe professionnel. Bien sûr toute personne qui possède un appareil photo et sait en faire usage peut se proclamer photographe, notamment grâce aux progrès technologiques qui rendent la photo particulièrement accessible. Cependant être photographe professionnel est un vrai métier avec ses contraintes et ses spécificités ; ainsi, il existe différentes catégories d'activités liées au métier de photographe ou dépendant directement du secteur de la photographie.



  • Le photographe de quartier.


Ce professionnel est un touche à tout, puisqu'il cumule souvent plusieurs casquettes, il peut d'une part, dans son local commercial, réaliser des prises de vues en studio pour des portraits soit artistiques (individuels, familles,...) soit administratifs ; et d'autre part vendre du matériel photo avec un conseil personnalisé. La vente de matériel tendant à se développer sur internet ou dans de grandes enseignes, il reste toujours cependant aujourd'hui quelques commerces indépendants qui proposent ce type de produits en plus de leur activité de photographe. Le conseil sera l'atout majeur du photographe artisan compte tenu de son expérience dans la photographie professionnelle. Aujourd'hui, nombre de photographes de quartier ont transféré leur activité dans des grands centres commerciaux.



  • Le photographe de publicité.


Pour la création d'images sophistiquées de publicité, le photographe publicitaire est inclus dans un flux de production d'images qui est à l'origine débuté par des marketeurs ; compte tenues des exigences en terme de rendu, la post-production est souvent déléguée à des experts en retouche sur photoshop notamment. Souvent, dans la photographie de publicité, le photographe n'est donc pas le seul à intervenir dans le processus de production d'images compte tenu des budgets et de la visibilité importante des créations photographiques en aval. Travaillant en studio ou en extérieur, le photographe publicitaire donc doit savoir concrétiser fidèlement les besoins de ses clients. Il doit ainsi posséder les compétences techniques et l’expérience nécessaires à la réalisation d’images très qualitatives. De plus il doit faire preuve de créativité et de sens de l'esthétique. Il existe différentes spécialités dans le métier de photographe publicitaire dont le packshot, pratique qui consiste à être capable de concevoir des mises en scène efficaces autour d'un produit pour mieux le sublimer et donc mieux le vendre, il faut donc trouver le bon cadrage, l’éclairage idéal et un décor pertinent.

Les photos de packshot seront utilisées dans des magazines, des catalogues commerciaux papier ou web, sur des affiches, des flyers, ...



  • Le photographe illustrateur.


Le photographe illustrateur intervient pour des revues ou des agences de publicité ; son rôle est de réaliser des photographies d'objets ou tout type de sujet qui rentrera dans le cadre d'un accompagnement de texte. Ce sont donc la plupart du temps les rédacteurs ou les éditeurs qui passeront commande au photographe en fonction de la thématique éditoriale de leur magazine.



  • Le photographe d'architecture.


La photographie d'architecture est un domaine d'activité assez complexe techniquement car elle demande beaucoup de rigueur dans les prises de vues, avec parfois plusieurs captations dans différentes expositions. La post-production peut aussi être très chronophage puisque chaque cliché doit être traité indépendamment pour notamment redresser les lignes, les perspectives, assembler plusieurs expositions, retoucher certains éléments, améliorer globalement le visuel (contraste, luminosité, détails, netteté, saturation, teinte...). Les photographes d'architecture travaillent généralement en collaboration avec des architectes, des urbanistes et des designers d'espaces afin de mettre en image des projets d'aménagement ou des réalisations d'urbanisme. Le photographe d'architecture peut aussi être commandé par des agences immobilières, l'intervention d'un prestataire ayant un certain coût, les prises de vue concernent généralement des biens à forte valeur ajoutée que ce soit pour la location ou la vente de biens.



  • Le photographe d'agence.


Le photographe d'agence fait souvent partie de structures de type coopératives . Ces sociétés sont d'une part détentrices d'un stock de photographies éditoriales qu'elles proposent à l'achat notamment aux magazines. Le photographe membre peut donc déposer dans le portefeuille de son agence ses images d'archives déjà réalisées ; il touchera une commission à chaque vente, cette commission est souvent variable selon le format (papier ou web) et l'importance de la diffusion du média. Et d'autre part, les agences peuvent envoyer des demandes en "flux tendus" aux photographes membres, donc des commandes à réaliser dans des délais fixés dans tous types de domaines ; la plupart du temps chaque photographe est spécialisé dans un ou plusieurs secteur (reportage, mode, culinaire, sport ...).



  • Le photographe indépendant.


Le photographe indépendant ou "freelance" négocie ses contrats de prestation au coup par coup en fonction de la demande d'une clientèle très diversifiée. C'est une situation de travail parfois difficile au départ, puisque le fait d'évoluer seul ne permet pas d'avoir directement accès à un réseau de clients déjà existant. En contrepartie, c'est un statut qui permet une liberté d'action et une fixation libre des tarifs des prestations. Il vaut clairement mieux que le photographe indépendant soit polyvalent pour pouvoir élargir son domaine d'action et obtenir plus de clients.



  • Le photographe d'art.


Le photographe-auteur ou appelé photographe d’art n'a pas le statut de photographe professionnel type "artisan". Son activité photographique est en effet d'une autre nature, la photographie d'art correspond donc à ces deux objets :


- les photographies prises sont destinées à des cessions de droits pour les entreprises, les agences de publicité, banques d’images, galeries de photographies d'art, etc ...

- la cession d’œuvres originales dans la limite légale de 30 exemplaires, numérotés, signés, et livrés avec certificat d'authenticité selon le cadre légal.


Le photographe auteur vend donc ses droits d’auteurs pour une utilisation visuelle sur une durée définie et dans un cadre strict. Ce statut, auparavant totalement dépendant de l’AGESSA est aujourd'hui à moitié dépendant de l'AGESSA et de l'URSSAF pour le recouvrement des cotisations ; il ne permet pas d'exercer toutes les activités photographiques et donc pas par exemple de photographie dite sociale (mariages, baptêmes, anniversaires, portraits personnels…) qui reste la compétence des artisans photographes indépendants. L’auteur photographe ne facture donc pas des prestations mais des droits d’auteur en fonction des images qu'il fournit. Se définir comme auteur implique une connaissance de ses droits puisqu'il faut apprendre à faire une cession de droits et faire respecter en permanence ses droits d’auteur. Le principe est finalement un peu le même qu’un chanteur qui perçoit une rémunération à chaque passage d'un titre sur une radio par exemple.

Etre photographe d'art et vivre uniquement de la vente d’œuvres photographiques en tirages limités demande beaucoup d'engagement et de temps, le niveau des prix des tirages d'art étant souvent dépendant de la notoriété acquise par l'artiste photographe.



  • Le photographe de plateau.


Un plateau de cinéma compte beaucoup de corporations. Parmi elles, il y a le photographe de plateau, il assure les prises de vues correspondant aux différents plans du film afin de fournir les images qui serviront pour la promotion dans la presse. Il est donc chargé de photographier toutes les facettes d'un plateau de cinéma. Pour réussir à figer l’essence même du film, le photographe de plateau, entre photographie documentaire et photographie de scène, capture ainsi les répétitions, le tournage et les moments de transition avec l'accord du réalisateur. Le photographe de plateau offre donc un regard supplémentaire à celui de la caméra qui permet de saisir le genèse du film via des images fixes et c’est donc par là même un art photographique à part entière.

Le photographe de plateau doit posséder un vrai bagage technique et doit adapter son matériel aux conditions de travail environnantes parfois très changeantes. Il doit aussi bien connaître la technique cinématographique pour mieux appréhender les contraintes de sa prise de vue. Libre à lui ensuite de prendre ses photographies en couleur ou de leur donner une touche artistique en usant de la photographie en noir et blanc. Coté relationnel, le photographe de plateau doit nouer une relation de confiance avec toute l'équipe du film, que cela soit avec les techniciens ou les comédiens. Le photographe de plateau est généralement engagé "au contrat" par une société de production. Certaines restrictions budgétaires contraignent cepedant les producteurs à n’embaucher les photographes de plateau que quelques jours pendant le temps du tournage.


  • Le photographe de mode.


Dans le monde de la mode, le culte de l'image est omniprésent, le photographe de mode tient donc un rôle primordial. Il a évidemment pour mission de prendre des photographies de mannequins portant des vêtements, des chaussures ou accessoires destinés à être vendus : son but est de sublimer les produits pour en faire la meilleure promotion possible auprès des futurs acheteurs. Le photographe de mode travaille soit pour des agences, des magazines de mode ou pour des maisons de mode et des stylistes. Dans le cadre de son emploi, le photographe de mode a pour mission dans un premier temps de cerner les exigences et les objectifs de la marque. En fonction de la demande et du budget de ce dernier, il doit choisir des décors et une mise en scène pour la séance photo. Travaillant sur le terrain en collaboration avec les stylistes, les maquilleurs et les coiffeurs, il photographie les mannequins sous différents angles. Les séances peuvent avoir lieu en studio ou en extérieur. Il peut ensuite travailler à la sélection des photos les plus réussies et les retoucher, sachant que dans cette tâche, il peut être épaulé par un retoucheur de métier.

Le photographe de mode doit donc disposer d'un sens indéniable de la mise en scène et d'un oeil photographique affirmé. Il doit a minima connaître l'univers et les tendances de la mode. Par ailleurs, une maîtrise des logiciels de post-traitement comme dit précédemment est très utile pour peaufiner ses images. L'utilisation de la retouche devant cependant aujourd'hui être expressément mentionnée pour ne pas tromper le consommateur. Cette profession étant d'un accès très limité, le secteur étant très prisé, le photographe de mode doit avoir un style, une fibre artistique qui lui permettra de se distinguer de ses concurrents aux yeux des agences ou des marques. Il est aussi indispensable avant de proposer ses services, de créer un book personnel pour pouvoir montrer ses compétences aux employeurs.


  • Le photographe de presse.


Suivant de très près l'actualité, le photographe de presse a un métier très proche de celui du journaliste, puisqu'il a le rôle d'illustrer les textes écrits par les journalistes dans de multiples domaines. Il faut donc évidemment faire preuve de beaucoup de créativité et de rapidité pour mener à bien sa mission de photographe de presse. Les compétences techniques doivent se cumuler avec de réelles qualités relationnelles, dans toutes les démarches du photographe de presse il devra en effet mettre en confiance ses interlocuteurs dans des situations parfois tendues.

Freelance ou indépendant pour le compte d'hebdomadaires ou de magazines, le photographe de presse doit sans cesse se renouveler et apporter un regard si possible neutre sur le sujet qui lui est confié. Un photographe de presse est souvent spécialisé dans un domaine de prédilection : sport, politique, conflits, personnalités, social,.... La connaissance parfaite du milieu dans lequel on évolue est un atout indéniable pour réussir en tant que photographe de presse, le réseau et les connaissance professionnelles permettant d'obtenir plus facilement des prises de vues.


Le métier de photographe de presse est évidemment compliqué et passe par une période d'apprentissage obligatoire mais difficile. Il est aussi permis de traiter l'actualité avec son propre point de vue, parfois même en utilisant la photographie en noir et blanc pour donner une touche artistique au travail de reportage ou pour lui donner une certaine intemporalité et plus de force dans le message. A noter que le World Press Photo qui est une organisation indépendante non lucrative fondée en 1955 et basée à Amsterdam, aux Pays-Bas, organise un concours annuel qui récompense les meilleures photographies de presse. En 2020, c'est Yasuyoshi Chiba, Japon, avec sa photo "Straight Voice" qui a remporté le concours.



  • Le photographe portraitiste.


Il est question dans cette catégorie de photographes qui exercent uniquement leur savoir-faire pour la réalisation de portraits, ils sont donc peu de professionnels à être capables de gagner leur vie seulement avec une activité de portraits. Un des exemples les plus connus : Le studio Harcourt. Le célèbre studio parisien a vu défiler dans ses locaux nombre de stars du cinéma ou de la chanson par exemple depuis les années 30. Ce studio peut évidemment aussi réaliser une de prestation de portrait pour des particuliers. Les photos de portrait sont donc réalisées suite à des commandes (particuliers, agences, magazines,...). Elles peuvent présenter des personnes dans leur contexte professionnel ou lors d’événements ou pour des demandes particulières (mariages, banquets, réunions, portraits de famille ou d'enfants...). Deux styles de photos de portrait peuvent être réalisés : en studio ou en extérieur. En ce qui concerne le portrait en extérieur, le choix du lieu est évidemment très important, il va conditionner l'atmosphère dans laquelle la prise de vue sera réalisée. Le photographe de portrait doit parfaitement connaître la technique photographique, mais doit aussi avoir un sens relationnel pour pouvoir mettre en confiance ses modèles. Le photographe portraitiste doit pouvoir adapter son travail adapter à chaque visage, caractère ou atmosphère. Il doit savoir faire passer un bon feeling afin que la séance photo soit agréable pour les modèles avec le minimum de contraintes. Un portrait est plus qu'une simple représentation d'une personne, il est l'interprétation d'un physique par un photographe, par sa vision. Ce n'est pas une discipline facile puisqu'un portrait est le fruit d'une rencontre. Être photographe portraitiste professionnel est un véritable challenge puisque le secteur est très concurrentiel, différents éléments rentrerons donc en ligne de compte pour réussir dans ce milieu : le réseau, le marketing, le talent, la créativité, la fidélisation de la clientèle, la capacité à transmettre des émotions, à se renouveler, le sens relationnel. La notoriété est évidemment le but de tout photographe de portrait, et c'est ce qui lui permettra de bien vivre de son métier.



Exemple de studio photo d'un photographe portraitiste
  • L'iconographe.


Expert de l'image, l'iconographe gère un portefeuille de photographies et répond aux demandes émises par les journalistes, rédacteurs ou éditeurs par exemple pour illustrer un texte. Son rôle est de choisir les clichés qui correspondent parfaitement aux articles. Le métier d'iconographe consiste donc à traduire du texte en images. Il peut travailler pour une société de presse, une maison d'édition ou une agence de publicité, ce spécialiste de la photographie est chargé de gérer un portfolio d'images, de chercher et de choisir des visuels appropriés (photographies bien-sûr, mais aussi parfois dessins). Généralement l'iconographe collabore étroitement avec un rédacteur en chef et un directeur artistique pour se mettre d'accord sur une orientation visuelle. Parfois il peut se servir de banques d'images et des différentes ressources qu'internet propose. Il peut aussi contacter les autres agences photos, des archives publiques ou privées, des musées.

Sa capacité à créer un réseau relationnel est importante dans le cadre de son activité. Il a aussi pour mission l'archivage, la négociation des prix et le respect aux droits des auteurs des photographes contributeurs. Si l'image recherchée n'existe pas, il peut missionner un photographe pour réaliser les prises de vues qui seront en parfaite adéquation avec le texte qui lui est soumis. Ce métier est accessible avec ou sans études spécifiques en fonction des opportunités professionnelles, on peut par exemple y trouver d'ancien photographes professionnels reconvertis. En résumé pour réussir dans le métier d'iconographe, Il faut avoir un oeil et une vraie sensibilité artistique afin de dénicher l'image idéale parmi des milliers d'autres. L'iconographe doit également être très réactif notamment quand il collabore avec la presse. Pour cela, il doit maîtriser les outils avancés de la recherche documentaire, comme l'utilisation des mots clés et des logiciels informatiques spécifiques à la profession.



  • Le retoucheur.


Le retoucheur numérique travaille en aval du photographe. Sa mission est donc la post-production des images, il va donc améliorer le rendu, éliminer les imperfections, supprimer des éléments, retravailler la luminosité, régler le contraste, revoir les couleurs, augmenter éventuellement la netteté, ... Le retoucheur est le dernier maillon de la chaîne de production photographique avant la livraison des photos au client. Dans le cadre de son activité, le retoucheur peut travailler en agence, en tant qu'indépendant ou salarié si la société dont il dépend est d'envergure. Il maîtrise évidemment parfaitement les outils informatiques de traitement de photos comme les logiciels Adobe. Il intervient dans de multiples domaines d'activité : publicité, mode, culinaire, architecture, automobile, ... et sait adapter ses traitements d'images à chaque secteur d'activité. Un sens du marketing est aussi important dans le but de toujours valoriser les produits mis en scène par le photographe. Le métier de retoucheur s'est évidemment largement développé avec la photographie numérique, qui offre des possibilités de post-production infinies. Généralement, les photographes professionnels font aussi de la retouche, mais ne sont pas capables d'aller aussi loin que le retoucheur numérique dans la sublimation des photographies.


#métier #photographe #architecture #mode #studio #plateau #cinéma #publicité #art #auteur #agence #indépendant #portrait #commerce #presse #portraitiste #iconographe #retoucheur

SIRET 79479403200027            

FRANCE

Lire musique

Inscrivez-vous à la newsletter :

Ils en parlent :